La B.R.I : 40 ans de véhicules rapides d’intervention

Aujourd’hui pour prouver que la Brigade Rapide d’Intervention (B.R.I) de la Gendarmerie Nationale n’a pas toujours été mal dotée, nous vous avons fait un petit florilège des véhicules utilisés depuis les années 70.

La  B.R.I, quésaco?

L’histoire des unités d’autoroute de la Gendarmerie nationale française, et a fortiori des BRI, est indissociable de l’histoire des autoroutes françaises.

En 1963, il est décidé que la Police aura la charge des autoroutes de dégagement (urbaines et suburbaines) et que la Gendarmerie aura la charge des autoroutes de liaison (en général concédées). Il apparaît rapidement que les unités existantes ne sont pas adaptées à la surveillance de ces axes. Le 1er décembre 1963, un peloton motocycliste est créé à Reventin-Vaugris (Rhône-Alpes) où il s’occupera d’un tronçon de 20 km existant entre Vienne et le péage de Roussillon. Une autre unité est créée suivant le même modèle le 1er juillet 1965 sur le tronçon reliant Saint-Uze à Valence.

En 1966, ces unités prennent le nom de pelotons de gendarmerie d’autoroute (PGA) et, 1er mai de la même année, le PGA de Nemours est créé. C’est là que sont menées – dans le même temps – les expérimentations sur l’emploi de véhicules rapides. Entre avril et mai 1966 les gendarmes du PGA de Nemours testent une Alpine Renault et une Matra Djet. À l’époque les limitations de vitesse étaient quasiment inexistantes. L’acte de naissance des BRI est une circulaire datée du 7 février 1967 qui définit l’organisation des unités d’autoroute.

Leurs véhicules au cour des années :

LA MATRA DJET:

C’était le véhicule avec le plus petit moteur qui a accompagné la B.R.I pendant 1 an. Un véhicule qui manquait de puissance et qui a donc été remplacé. 

LA CITROEN SM :

V6 Maserati, 3 litres et 170 ch, la SM pose son gendarme aux barrières d’autoroutes.

L’ALPINE A110:

La Berlinette est moins puissante, mais agile et légère.

L’ALPINE A310:

V6 PRV de 2,7 litres et 150 ch, de quoi cruiser sur le ruban noir.

CITROEN CX2300 GTI :

4 cylindres, 123 ch, mais une tenue de route hors pair, un vrai avion de chasse pour nos gendarmes, avec en prime 4 portes et 5 places.

L’ALPINE GTA :

V6 2,5 de 200 ch, l’A310 mais en mieux.

RENAULT 21 2 LITRES TURBO :

La reine de l’autoroute en cette fin des 80’s, avec son 2 litres Turbo de 175ch.

PEUGEOT 405 T16 :

4 roues motrices, 2 litres Turbo de 200 ch avec overboost permettant un gain de puissance jusqu’à 225 ch.

PEUGEOT 306 S16 :

6 vitesses, pour un 4 cylindres de 167 ch.

RENAULT MEGANE 2 LITRES 16 SOUPAPES :

Le 2 litres de la Clio Williams dans la caisse de la Mégane phase 1 pour 150 ch.

SUBARU IMPREZA WRX:

Un flat four de 225 ch et transmission intégrale pour nos chanceux de la BRI (mais il ne s’agit pas de la plus puissante des Impreza).

RENAULT SPORT MEGANE RS:

On revient à un fournisseur français pour 265 ch sous le capot, en service actuellement.

Et dans le futur?

La célèbre Renault Mégane 3 RS d’interception de la Gendarmerie tirera bientôt sa révérence. Quels sont les modèles qui pourraient la remplacer? Difficile de répondre à cette question, beaucoup espèrent que leurs véhicules resteront Français comme la Megane 4 RS, la nouvelle Alpine A110, la Peugeot 308 GTI ou même encore un bruit a couru sur une certaine Porsche 911.

Il se pourrait même que les B.R.I roulent exclusivement avec des voitures saisies lors de gros excès de vitesse pour limiter les coups (comme à Colmar avec une Ford Focus RS), mais au jour d’aujourd’hui rien n’est encore fixé.

Facebook Comments

À propos William Barbet

%d blogueurs aiment cette page :