BMW Z1: la folie venue d’Allemagne !

On a posté, il y a quelques semaines, des photos d’un étrange véhicule rouge. Il a éveillé votre curiosité et je me suis dit qu’il s’agissait d’une belle occasion que de parler de cette autre ovni venue cette fois-ci de Bavière, car, oui on ne fait pas que des grosses berlines et de la bière, là-bas, mais aussi des petits bijoux exceptionnels !

Désireux de relancer des modèles passionnants et plaisirs, Bmw à fait le choix de rouvrir le vieil album de famille, si la BMW 507 a donné à la marque ses lettres de noblesse aux Etats-Unis dans les années 50. Les années 80, sont un peu maigre en matière de roadster chez l’allemand. Ulrich Bez, patron de la marque confie un projet un peu fou à Harm Lagaay, notre patron lui laisse un cahier des charges très simple et complexe à la fois et répondant au doux nom redondant : la liberté à quatre roues. Derrière un titre qui fleure bon le slogan marketing, se cache en réalité la future BMW Z1. Les mots d’ordres du projet était simplement, innover, surprendre et séduire !

Les premières idées posées sur le papier imagine des petits roadster sans toit, ni pare brise. Un délire de designer ? Non pas encore. Très vite deux architectures s’opposent :

  • Une version à moteur central arrière à quatre roues motrices
  • Une version à moteur central avant et propulsion arrière.

En seulement, 1000 jours, auront suffi à l’équipe pour concevoir la voiture ! L’idée du style c’est très vite tourné autour de la vision du squelette apparent de la voiture, ce choix à été validé autour d’une question que l’équipe s’est posé : Quels raffinements techniques apportiez-vous à une voiture ignorant les contraintes de la fabrication en série ? Pour une question de budget et d’économie mais aussi de conception et pour se servir dans la banques d’organes disponible, le constructeur de Bavière fera le choix d’un moteur placé à  l’avant, derrière l’essieu avant. Concernant, la motorisation, sachez que BMW se servira du moteur 2,5l M20 que l’on retrouve sur la BMW 325i (E30) dont la puissance est de 170 ch, une puissance un peu légère pour la voiture qui se savoure véritablement à faible allure pour aller de sa villa à son yacht que l’on à laissé à Saint Tropez et en étant vu ! La future 1 se déguste en BVM 5 rapports. Comme je vous l’annonçais plus haut, Ce n’est pas avec elle que vous briserez le mur du son puisque la vitesse max. est de 220 km/h.

image

Les ingénieurs répondront à notre fameuse question, en orientant la voiture vers une répartition des masses intéressante, de 49% à l’avant malgré la présence du moteur et de 51% à l’arrière. La bête pensant tout de même 1300 kg sur la balance !

Voilà, pour le côté “technique” de la voiture, parlons à présent de son esthétique et du travail réalisé par les équipes du constructeur : l’un des problèmes récurent au cabriolet sont les flux d’air à l’intérieur du poste de conduite. BMW va essayer au maximum de réduire l’emprunte aérodynamique de la voiture en la travaillant en soufflerie, au sein même du BMW Teknik.

Les ingénieurs vont travailler principalement le châssis de la voiture, avec un soubassement qui a été modifié pour pouvoir canaliser les flux d’airs et les renvoyés vers l’arrière. On notera des détails aérodynamiques intégrant pleinement la ligne de la voiture comme le pli de carrosserie latéral, ainsi, le CX est pour l’époque assez incroyable avec 0,36, capoté et de 0,43 décapoté. Le capot moteur a  été travaillé de sorte à rendre ce dernier concave afin d’avoir très peu de résistance au vent, et que la pression exercé sur la voiture soit renvoyé sur les côtés de la carrosserie. Tiens tant que je vous parle de latéral, parlons des excentriques portières ! On ne connaît pas vraiment la raison d’être de ses portières (si vous savez pourquoi j’attends vos commentaires !), mais elles feront la popularité du modèle, le système propre et unique à la voiture s’ouvre en se glissant sous la voiture, permettant un accès très aisé à la voiture.

Enfin, pour la rendre plus légère l’allemand fera le choix d’une plastique… En plastique ! La blague était facile je dois avouer. Si l’extérieur à surpris, l’intérieur, sera plus conforme à l’image BMW avec une véritable atmosphère toute allemande avec du cuir, des sièges baquet et un tableau de bord typique de la marque allemande.

image

La Z1 va vite attirer de nombreux spéculateurs car la voiture fait véritablement guise de bombe lors de sa présentation en 1989, exclusive, moderne, celle qui se vend déjà à prix d’or au sein des concessions BMW, fait l’objet d’une très grande convoitise en occasion ! Celle qui se faisait rare à son lancement, puisque prévu uniquement à 5000 exemplaires, va vite faire déchanter les spéculateurs avides puisque dès 1991, elle atteindra les 8000 exemplaires vendu. Face à ce succès BMW qui ne si attendait sûrement pas, va mettre un terme à la voiture, afin de continuer à privilégié l’exclusivité du modèle.

Si ce modèle vous plaît, bon courage et regardé plutôt vers l’étranger puisque seul 347 exemplaires trouveront preneur en France et s’échange au alentour de 25/30 000€ et d’ailleurs comme on est à la fin de cet article j’en profite pour passé une petite annonce puisque l’équipe (enfin surtout moi) est à la recherche d’un exemplaire pour réaliser un essai pour le blog ! Comme il s’agit aussi du dernier de la saison je vous remercie pour votre fidélité et je vous dit à l’année prochaine !

Facebook Comments

À propos Guillaume Pina

%d blogueurs aiment cette page :