Citroën C6: la dernière berline de luxe française ?

Citroën: un nom qui a toujours été synonyme de grande berline atypique ! On a tous à l’esprit la mythique DS, la CX, ou encore l’angulaire XM. Dans la plus pure tradition des chevrons, toutes ces berlines statutaires on apportées leurs lots d’innovations. La Citroën C6, bien que boudée est une excellente berline, partons à sa découverte…

Commençons par les bases: la C6 Lignage concept

Genève 1999, salon de l’automobile. La XM, vaisseau amiral de la marque fait sa dernière apparition, à ses côtés Citroën présente un concept car nommé C6 Lignage: dans ce nouveau concept on retrouve des éléments d’ancienne Citroën comme la DS et surtout la CX, qui est considérée par de nombreux puristes comme la dernière “vraie” Citroën. Pour le petit point histoire, sachez que la C6 reprend le nom d’un modèle d’avant-guerre, qui connu un grand succès de 1928 à 1934, remplacé par une certaine Traction.

On retrouve la CX dans les gènes de ce concept car une ligne fluide, une silhouette mêlant les codes des berlines et des coupés. Une aérodynamique toute Citroën, particulièrement travaillée avec cette arrière très bas et surtout des proportions digne de la DS: capot long et bombé et porte-à-faux arrière très court. La Lignage est clairement un show car, puisque Citroën la présente avec un système vidéo à la place des rétroviseurs latéraux classiques. On notera que les grandes lignes de la future berline de luxe de la marque sont déjà présent: le profil, la calandre, les phares effilés ou encore les feux arrières en boomerang translucide…

L’intérieur est typiquement Citroën, avec les chevrons stylisé en vitrage de toit. Citroën voulait une voiture audacieuse, l’intérieur en est l’exemple type, pour cela il vous faudra ouvrir les portes suicides, afin d’accéder à l’intérieur pourvu de cuir, de bois et de quatre fauteuils, une des composantes essentielles étant le bien-être à bord et l’espace ! L’atmosphère, dont le luxe est omniprésent, ce fait contemporain mélangeant cuir, aluminium et bois précieux (on notera le sublime PC avec son clavier installé au siège arrière). La voiture décline deux consoles centrales avant et arrières des plus aériennes, marquant ainsi un espace défini à chaque passager. A l’arrière, les fonctionnalitées sont nombreuses: les occupants ont toute la liberté de regarder la télévision, travaillé via le fameux PC, lire voir même de dormir (la C6 lignage c’est quand même 3.00 mètre d’empattement).

lignage-03

Bien qu’au stade de prototype, il est évident que Citroën prend le pari de renouer avec le haut de gamme à la française. On doit la C6 lignage à l’équipe de Jean-Pierre Plouet. Le concept car ayant reçu un excellent accueil, laisse Citroën rêveur, imaginant déjà de grands espoirs commerciaux et un retour sur le segment du haut de gamme…

La C6 arrive… Par contre, c’était en 2005…

Il n’aura pas fallu être véritablement pressé ! Si le prototype a été présenté en 1999, on ne peut pas dire que la C6 s’est faite attendre ! Les principaux problèmes étant des retards et des défauts de conception que la marque a souhaité régler avant de la mettre sur le marché et le faite est que Citroën voulait d’abord renouveler totalement sa gamme avant de la commercialisée, celle qui devait en être le “meilleur” de la maison Citroën.

La Citroen C6 de série a été présentée au public durant le Salon International de l’automobile de Genève en 2005. Elle pu enfin posée ses roues en concession le 16 novembre 2005. La publicité d’alors mettait bien en avant le côté sensationnel de la voiture: la conduite et son grand confort, même si c’est un peu flou le combat entre le patron et son chauffeur.

La C6 arrive six ans après le retrait de la XM et se positionne plus haut de gamme avec des moteurs V6. De prime à bord, on remarquera que la grande limousine reprend les lignes du concept de 1999, on constatera l’apparition de phares avant plus “volumineux”, des anti-brouillards en bas du pare-choc avant, des poignées de porte latérale, les portes antagonistes ayant disparu laissant la place à des ouvertures standards, la conservation de la vitre arrière concave (façon CX), les portières sans encadrement façon coupé et des phares arrières rouge et non plus translucide.. Ah et des rétroviseurs font leur apparition !

Comme sur la CX, qui a été une grande inspiratrice de cette C6, le profil de la berline est bicorps, permettant ainsi la présence d’une malle détachée du reste du véhicule, la C6 offre une grande luminosité à ses occupants, avec ce vitrage très étiré. Pour le reste, la C6 n’a plus rien à voir avec son ancêtre.

Fort heureusement, la C6 peut compter sur une tradition de la maison: la suspension hydropneumatique (héritée de mamie DS). Qui connaîtra un renouveau avec l’ajout de nouvelle technologie, beaucoup plus active et plus précise qu’auparavant. Elle profite désormais d’un amortissement entièrement variable et piloté. La C6 disposent d’un petit becquet rétractable, en trois positions, qui s’active à partir de 65 km/h jusqu’à 125 km/h, tout cela dans le but de diminuer la consommation et d’améliorer la stabilité au freinage du paquebot à haute vitesse. La grande Citroën voit le jour dans l’usine bretonne de Rennes-la-janais.

citroen-ds-citroen-c6

Sous l’immense capot avant, ce sont trois motorisations qui seront proposés: deux V6 qui prendrons place et un 4 cylindres, un V6 3.0l essence de 215ch, un V6 2.7 HDI de 208 ch et en toute fin de carrière le V6 2.7 devient un 3.0l développant cette fois-ci 240 ch, trop tard le mal est fait la C6 est boudée par la clientèle… Pour démocratiser la belle, Citroën proposera un roturier 4 cylindres HDI de 173 ch. Toutes ces motorisations seront proposées en BVM 6 ou BVA 6. La C6 dispose aussi de la technologie FAP (filtre à particule) sur les diesels, il s’agira d’une des premières auto à profiter de ce système.

L’intérieur: du cuir, du cuir et des critiques

Bon les seuls bons points qui ont été conservés lors du passage à la série sont l’espace à bord, la console central et le cuir (beaucoup) de cuir avec quelques touches de bois précieux (ici et là) ! Plus sérieusement, la C6 cherche à être résolument luxueuse et confortable, une planche de bord aérienne, des lignes douces, du cuir à profusion pour faire écho au passé de la marque (la Ds Pallas, Cx Prestige), dans les détails on remarquera les boites à gants à ouverture vers le bas, le vitrage feuilletés sans montant, le plancher plat et vaste laissant assez de place au niveau des genoux, aucun tunnel ne vient gêner les pieds à l’arrière. Pour les équipements innovant, on remarquera:

• L’affiche tête haute, qui projette directement sur le pare-brise les informations essentielles au conducteur (vitesse, GPS, alarmes…)

• L’alerte de franchissement de ligne, qui fait vibrer le fauteuil du conducteur lorsque celui-ci franchit la ligne blanche sans avoir actionné le clignotant (que l’on retrouve sur l’affiche tête haute)

C6-NB.2-560x314

Côté finition la C6 est soignée aux petits oignons ! La concurrence toute désignée est allemande: Mercedes-Benz Classe E et autre BMW série 5 voir même Classe S (merci Top Gear), évidemment les françaises sont aussi le cœur de cible, ainsi sur sa route elle rentre en concurrence avec la Renault Vel Satis et en concurrence interne avec la Peugeot 607, sa cousine. Il n’empêche la planche de bord a eu le droit à de nombreuses critiques vis-à-vis de sa présentation plutôt vieillotte, pas ou plus franchement dans le coup, Auto Plus, qualifie même certains détails de finition comme impardonnable (!). Pourtant dès sa sortie, la C6 fit le bonheur de nombreux propriétaires ! NOTA BENE: avant de vous dire que tout était rose, que tout les propriétaires étaient satisfait de leur C6, certains forums n’épargne pas la belle indigène, puisque de nombreuses pannes et rappels égailleront la vie de la française.

N’arrivant plus vraiment à savoir que faire de la C6, Citroën la repoudra en 2010 en gommant les défauts des débuts. Il ne restera plus qu’un seul V6 de 270ch diesel. Extérieurement, la C6 gagne les nouveaux chevrons moins “tendu” qu’auparavant et une teinte bi-color. Cela ne suffira pas pour sauvée la dame ainsi le 19 décembre 2012 après sept années de production  la C6 s’éteint dans l’anonymat quasi-générale, après 23 384 unités produites… Pour l’anecdote, depuis 2010, seule deux exemplaires sortait des chaînes de l’usine PSA.

Voilà pour ce retour sur la Citroën C6, j’espère vraiment vous avoir donné envie d’apprécier cet immense berline que l’on pourrait qualifier de “dernière” berline de luxe à la française… Sur certain forum on parle déjà d’un véhicule collector, pas sur qu’elles connaissent le même engouement que sa grand-mère spirituelle: la DS. Mais on peut très bien imaginer un retour en collection façon CX, possédé une voiture décalée mais dont le style vieillit très bien, parce que c’est un peu ça le secret de la C6, c’est que son dessin ne vieillit pas !

Facebook Comments

À propos Guillaume Pina

%d blogueurs aiment cette page :