Comment bien choisir ses pneus ?

Winter is coming, la maison Stark l’a annoncé il est donc temps de se pencher sur vos pneus. Pneus 4 saisons, pneus d’hiver ou des slicks pour tailler la route ? Le choix de votre pneu dépend de votre voiture mais également de vos besoins puisqu’il influe sur le comportement de votre véhicule.

Dans un premier temps il va falloir cerner vos besoins si vous êtes un commercial effectuant 80 000 km dans l’année ou un adepte du circuit, j’ai peu de chance de me tromper en vous affirmant que vous n’aurez pas le même pneu une fois votre choix fait.

Commençons par le commencement, comment se lit l’étiquette d’un pneu ?

Trois caractéristiques sont présentes sur cette étiquette, à savoir : la résistance de roulement (1), la performance au freinage sur route mouillée (2) et le bruit de roulement (3).

  • La résistance de roulement est indiqué selon un indice allant de A à G et possède une influence direct sur la consommation de carburant. Cependant l’écart entre les deux extrêmes reste faible, il faut compter près de 0,7L/100km en plus soit une différence de 0,1L/100km par indice.
  • Ensuite la performance au freinage sur route mouillé (à 80km/h) est également noté grâce à un indice allant de A à G. La différence entre les deux extrêmes représente près de 18 mètres soit 3 mètres par pallier.
  • Enfin le bruit de roulement est évalué par trois niveaux (représenté par les ondes) avec comme indication supplémentaire le bruit perçu à l’extérieur du véhicule. Le niveau sonore, exprimé en décibels, dépend de la dimension du pneu.

Parmi ces trois critères seul l’indice de freinage est un critère de sécurité et donc le plus important à regarder lors de l’achat d’un pneu. Mais d’autres critères de sécurité sont à prendre en compte comme la tenue de route sur chaussée sèche et mouillée, la durée de vie etc, que vous pouvez retrouver sur divers sites internet spécialisés.

Voyons ensemble les différents types de pneus qui s’offrent à nous maintenant qu’on a compris comment lire une étiquette.

Pneus été : vous pouvez conduire avec des pneus été toute l’année si vos déplacements et le climat de votre zone géographique vous le permettent. Vous pourrez alors profiter d’une adhérence maximale sur les routes sèches pour envoyer comme il faut sans vous faire surprendre ! Parmi la multitude de pneus présent sur le marché, certains ont pour particularité de proposer une réduction au roulement ce qui entraîne une économie de carburant. Il est également important d’avoir des pneus été toujours en très bon état. Eh oui, en cas de d’averses ou de neige, le pneu été aura une performance plus faible, voire presque nulle, si son usure est trop importante.

Sur l’ensemble des pneus proposés à la vente, les pneus Michelin Energy Saver + et Dunlop Sport Bluresponse tirent leur épingle du jeu en s’affichant régulièrement sur les plus hautes marches du podium.

Pour ce qui est des voitures de sport : Michelin PS2/PS3, Toyo T1 Sport.

Pneus hiver : les spécialistes recommande de monter vos pneus hiver à partir du mois de novembre et de les garder jusqu’au mois de mars inclus. Evidemment si vous habitez dans le sud, vous n’aurez pas forcément besoin de pneus hiver. Comme n’importe quel pneu, il est important d’avoir des pneus hiver en très bon état car des pneus hiver usés ne seront efficaces ni sur la neige, ni sur sol mouillé.

Les pneus hiver qui sortent du lot : Michelin Pilot Alpin PA4, Dunlop Winter Sport 5

Pneus 4 saisons : également appelé pneus toutes saisons est un bon compromis si vous utilisez votre véhicule en été et en hiver. C’est un pneu qui convient bien sur tous les types de sol, mais qui reste un peu “généraliste”. Un pneu toutes saisons ne sera pas aussi performant et n’aura pas une aussi bonne tenue de route sur sol sec qu’un pneu été. Il n’aura pas non plus un grip aussi important qu’un pneu neige sur sol enneigé.

Pneus 4 saisons qui ont été primés l’argus : le Goodyear Vector 4 Seasons et le Michelin CrossClimate.

Pneus run flat : les pneus dits ‘anti-crevaison’ sont obligatoires pour certains véhicules qui n’ont pas de roues de secours mais seulement une bombe anti-crevaison. Notez que le pneu dit run flat devrait vous permettre de rejoindre le garage le plus proche à vitesse réduite (80km/h sur environ 200 km).

Pneu semi-slick : A l’instar du pneu slick, le pneumatique semi-slick autorise une utilisation sur route. Conçu pour un usage sportif, le pilote pourra ainsi choisir entre une gomme medium, tendre ou super tendre.

Pneus slicks : Le pneu slick est un pneu lisse, sans rainure, destiné à rouler sur piste sèche, notamment en compétition. C’est un pneu plus léger, plus déformable qu’un pneu de route… et interdit d’utilisation ailleurs que sur circuit. Non sculpté, il permet d’obtenir une plus grande surface de contact avec l’asphalte et d’ainsi améliorer considérablement l’adhérence et l’endurance sur piste sèche. Il existe en différentes types de gomme offrant chacune des performances spécifiques selon les conditions de pilotage, la température et l’abrasivité de l’asphalte. La gomme tendre sera privilégiée pour la course de côte en raison de sa chauffe rapide et de sa grande adhérence. A contrario, une gomme medium voire dure conviendra davantage à un usage sur piste de par sa résistance aux conditions de roulage prolongées.

N’hésitez pas à enrichir cet article en nous envoyant un message sur facebook ou sur wheelsandriver[@]gmail.com si vous avez des connaissances dans le domaine des pneumatiques.

Facebook Comments

À propos Quentin TISSIER

La photo j’aime ça. Les voitures j’aime ça. Du coup, ça me paraissait logique de combiner mes deux passions. Et puis pour bosser avec les déjantés de Wheels And Driver je ne me suis pas fait prier !
%d blogueurs aiment cette page :