Essai: Honda Jazz, la machine au service de l’homme

Il y a des autos comme ça qui ont des noms… plutôt lourds à porter, d’autres, ont des noms qui sentent bon l’imaginaire et puis il y a la JAZZ, dont le nom m’évoque… ça ou encore à ça ! La petite japonaise s’offre cette année une nouvelle mouture, la troisième, depuis 2001. Ainsi depuis les années 2000 ce sont plus de 5.5 millions de ventes qui ont été réalisés dans le monde entier. Pour ce troisième opus, le japonais, suit sa philosophie de “l’homme au maximum /la machine au minimum” et a basé son développement sur trois axes: l’espace, la qualité et l’écologie. Alors que vaut cette nouvelle Jazz ? On est parti en prendre le volant dans la campagne allemande proche de Francfort !

Style extérieur – Changement dans la continuité 

Avant de prendre la route avec notre Jazz, faisons un petit tour du propriétaire. La nouvelle Jazz s’offre un vrai lifting et délaisse quelques peu les lignes “rongeur” de la précédente. La nouvelle Jazz adopte un nouveau design plus manga, plus jeune et donc plus moderne. On note l’apparition, en bas du bouclier, des LED vertical. La “moustache” de chrome au niveau de la calandre, disponible en deux versions, selon le niveau de finition. L’arrière, où les feux se la jouent Volvo en étant vertical avec leurs formes en éclair. Ils surplombent deux faux diffuseurs d’air et un spoiler de teinte carrosserie.

Revenons sur le profil où la voiture évolue peu, notons cette ligne central, très creusé, amenant du dynamisme à l’ensemble. Je dois cependant avouer que le profil de la Jazz me fait penser à la … BMW série 2 Active Tourer.

Côté dimension, la nouvelle Jazz s’allonge gagnant 95 mm, tout en restant sous la barre des 4 mètres. Vous remarquerez aussi, que la Jazz à une particularité il suffit de la regarder de profil pour comprendre! En effet, le nez de la Jazz pointe vers le bas, alors que le fessier lui monte. Ce nouveau châssis, avec son avant bas et son arrière relevé permet une meilleur aérodynamique, tout en étant plus rigide.

 

 

Style Intérieur – German touch’

Sur cette journée d’essai, nous avons pris en main la Jazz finition Élégance (la marron), qui présente l’essentiel de ce qu’on peut attendre sur une citadine. Cependant, on se passera du superbe tableau de bord totalement tactile sur cette gamme. Elle offre une clim’ manuelle avec ses gros commodos… La finition haut de gamme Executive (la jaune) est plus complète, vous avez donc, le fameux tableau de bord tout tactile, des équipements de sécurités en plus, le GPS tactile 7″…   J’ai  apprécié le grand écran tactile réactif et très intuitif, le système Honda Connect présente vraiment ce qu’on peut espérer de mieux sur un tel véhicule, il permet de prendre très vite ses marques sur les différentes applications proposé par Honda, GPS, fonctions sous Androïd et sous Iphone, on peut y associer son smartphone via Bluetooth très facilement et en avant votre playlist, tout comme la fonction Siri qui se connecte à l’auto pour discuter avec… votre ami humanoïde de poche ! Pour la caméra de recul, l’écran est bien lisible même en plein soleil.,. Le GPS est équipé du système Garmin. La petite Honda, rassura le plus peureux des conducteurs par son arsenal technologique comme par exemple, les aides et alertes anti-collisions.  La clim’ qui peut-être selon le niveau de finition manuelle ou tout auto est très efficace. Le combiné central totalement tactile et orienté vers le conducteur est géométrique, forme rectangle, carré… il ne manque que les ronds et l’ovales pour compléter le tableau ! La Jazz proposera à ses occupants un intérieur moderne, très bien fini, malgré quelques matériaux qui sont dures, qu’on oubliera vite par la qualité de l’agencement et de la finition. La capacité du coffre est de 354 litres de base, le volume atteint 1314 litres sièges repliés.

Let’s GOOOO !

Maintenant que nous avons fait la découverte de l’intérieur et de l’extérieur de la voiture, installons-nous à son volant, prenons la route ! La direction de la nouvelle Jazz est électrique et bien servie par une jante de volant qui offre une bonne prise en mains. La direction est si précise que lorsque l’on tourne le volant, on déclenche les braquages. La voiture est très agile, puisqu’elle bénéficie du concept AHA (Agile Handling Assit) très performant. Le freinage de la jazz est réactif, tout comme l’auto-stop moteur, très discret. Les différentes impressions de conduite boîte manuelle et boîte auto sont importantes, pour ne pas dire impressionnantes.

HONDA JAZZ – Elegance -1.3 102 CV BVA CVT
La Jazz profite d’une conduite agréable, rassurante et efficace en ville, cependant la boite CVT à variation continue a ses limites dès que l’on sort du paysage urbain. La boite à été travaillée pour avoir des rapports longs (pour une consommation en baisse), les passages sont donc lents, vous forçant à rétrograder pour la relancer sur autoroute. Du coup, elle devient bruyante et il faudra jouer avec le compte tours. La voiture vous rendra vos 102 CV aux alentours de 5000 tour/min. Honda n’oublie pas son effort sur l’éco-conduite puisque les cerclages des compteurs changent de couleurs: on passe du blanc au vert selon la conduite, ce qui reste discret et ne perturbera pas le conducteur pendant sa conduite. Honda a confirmé pendant l’essai que la Jazz hybride ne sera pas commercialisé en France.

HONDA JAZZ – Elegance – 1.3 102 CV BM 6

La boîte manuelle rendant la voiture plus dynamique. Les 5 rapports sont plus courts que sur la boite auto’, les accélérations se font plus franches tandis que la 6ème procure un agréable silence de fonctionnement et de repos. La boîte classique est bien accessible par son levier malgré que je l’ai trouvé un peu bas, mais c’est au goût de chacun… La Jazz possède un bon silence de fonctionnement à bas régime, mais à la moindre montée en puissance, le bruit du moteur se fait entendre dans l’habitacle.

Notons, les amortisseurs agréables.

Parlons Confort !

Les sièges avant maintiennent correctement, avec un bon maintien pour le dos de ses occupants. La vrai force de la Jazz sont ses places arrières, les enfants ou les adultes, auront tous de vrais places. A mon goût, j’ai trouvé la banquette arrière un poil trop incliné. L’espace aux jambes est surprenant (Honda dit s’être inspiré de la Classe S, avouez il y a pire comme référence !), même avec un grand passager à l’avant, le passager arrière aura toujours de la place et ne sera pas compressé, même chose sur la largeur et en hauteur: un véritable monospace ! N’oublions pas la modularité à bord de cette voiture de moins de 4.0 mètres, les sièges Magic, se plient et se replient sans limites et offre un vaste espace de chargement. Tout comme le siège avant du passager qui peut faire usage de “lit” lors des départs en vacances !

Conclusion: Jazz sans bémol…

… Et sans mauvais jeu de mots, pas grand chose à reprocher à cette petite citadine des villes, la Jazz ne décevra pas ses futurs propriétaires, elle tient ses promesses. Le vrai point fort de la Jazz est bien son espace intérieur et son incroyable modularité. Cependant, tout n’est pas “rose”: il faudra véritablement réfléchir entre le choix de la boîte automatique et manuel. Comme dirait certains, à vous de faire la vie qui va avec !

DF1K0617

  •  On à aimé:

– Son design expressif
– Sa présentation intérieur
– Sa modularité

  • On a pas aimé:

– La boîte CVT, qui est plus à l’aise en ville et extra urbain que sur autoroute.
– Le moteur un peu bruyant selon la situation

Prix:

A partir de 16.100€, jusqu’à 20.240€

DF1K0195

Merci à l’équipe d’Honda France pour l’invitation et pour l’organisation de cette journée. Crédit photo: Frédéric Veillard.

Facebook Comments

À propos Guillaume Pina

%d blogueurs aiment cette page :