Honda Civic Type R, le katana exubérant !

Il faut vous l’avouer, j’ai choisi la CTR (Civic Type R) pour notre road trip uniquement par curiosité car n’aimant pas les tractions, j’étais curieux de voir comment Honda pouvait faire passer 320 chevaux au sol juste sur les roues avant. Et la, je fus touché par la grâce…

Commençons par le début, nous arrivons chez Honda France en région parisienne et récupérons la CTR. Un bref tour du propriétaire et nous voilà en route pour récupérer les autres voitures disséminées dans tout Paris, donc qui dit Paris dit bouchons. Dans le trafic parisien, la Honda se conduit bien, le start and stop (déconnectable) est efficace pour ne pas trop consommer, les divers radars et autres aides sont bien calibrés ainsi que les suspensions pilotées restent confortables en mode confort. Nous récupérons les autres voitures, nos passagers et c’est parti pour plus de 4 heures d’autoroutes direction Lyon. Les places arrières sont très accueillantes et confortables et toutes les valises rentrent largement dans le grand coffre de 420 litres, une vraie berline familiale cette Civic.

Les sièges baquet à l’avant savent être confortables également tout en ayant un très bon maintient en virage avec une conduite plus sportive. J’ai eu quelques difficultés à enclencher le régulateur de vitesse car il n’est pas évident de comprendre l’utilisation de celui-ci, mais une fois maitrisé il s’avèrent efficace et le système adaptatif avec le véhicule de devant également. Arrivé à Lyon et même pas fatigué par l’auto qui reste quand même une sportive avant tout et non une routière. Mes oreilles non plus n’ont pas souffert par le bruit de l’échappement car à l’heure où tous les constructeurs travaillent le bruit de leurs sportive il n’en est rien pour la CTR. Effectivement une des grosses déceptions de cette Civic sont ses vocalises, le son qui sort des 3 silencieux centraux est nul voir digne d’une voiture lambda et cela également en mode confort, sport ou +R. Seul la dump valve laisse entendre la décharge du turbo sur les grosses accélérations. Vraiment dommage mais cela peut toujours se modifier après l’achat de la voiture. Niveau consommation avec les bouchons, l’autoroute et quelques pointes à “Biiiiiip” Km/h elle était à 10,3l/100km, se qui en conduite sportive peu passer au dessus des 14l facilement. L’intérieur est plutôt bien réussi, la qualité générale des matériaux et l’assemblage de ceux-ci sont plus qu’acceptable sans aller chatouiller non plus les “standards” Allemands. L’écran tactile répond rapidement, les menus sont assez simple, l’audio est correct, seul le visuel du GPS est d’un autre âge même s’il reste efficace et précis. Le tableau de bord a un design à l’image de la voiture, particulier, mais la lecture de toutes les infos y est très bonne et rien ne manque avec son compte tour central qui change d’aspect selon le mode de conduite choisi. Les sièges baquet à l’avant ainsi que les intérieurs de porte avant en Alcantara, et oui à l’arriere cela reste du tissu, est de très bonne facture. Egalement pédalier et pommeau de vitesse en alu, la base pour une sportive. Donc même si ce n’est pas la qualité première d’une sportive, pour plus de 40 000€ nous sommes en droit d’attendre un intérieur de qualité et franchement la Honda s’en sort bien.

Parlons un peu de l’esthétique extérieur de la Civic Type R, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne laisse pas indifférent ! On aime ou on n’aime pas mais il faut l’avouer Honda a osé et c’est bien. Un gros aileron, des ailes élargies, des prises d’aires à outrance sont sa signature, mais Honda nous rappelle que le moindre appendice a été testé en soufflerie pour une efficacité maximum et que tout a une utilité. Perso j’aime bien ce qui est décalé donc pour le coup je suis servi. En ville, beaucoup de gens viennent la voir de près car elle intrigue, ce n’est pas un design commun sur notre vieille Europe et elle est aussi assez peu vendue dans nos contrées. La couleur Bleue (brillant sporty blue metallic) y est aussi pour beaucoup car cette couleur est, pour moi, la plus belle et fait ressortir les jantes en 20 pouces noires (les seules disponibles au catalogue!), les éléments en carbone du pack carbone en option (5 000€) et les énormes étriers rouges signés Brembo. Elle est aussi disponible en noire, blanche, gris perle, gris métallisé et rouge.

Pour l’ensemble moteur-boîte et châssis, Honda repris une valeur sûre, le moteur K20C. Le fameux moteur 4 cylindres en ligne équipé du système V-TEC et comme cela ne suffisait pas ils y ont rajouté un turbo, résultat : 320ch et 400Nm de couple… Et pas 320 chevaux feignants, plutôt 320 ninjas prêts à en découdre à chaque pression sur l’accélérateur, je vous l’assure. Un moteur volontaire, qui ne demande qu’à monter dans les tours et que le fait de claquer quelques rupteurs n’effraie pas du tout, en jargon technique on pourrait dire qu’il a la rage au cul, et que c’est bon!! La boite 6 rapports (uniquement dispo en manuelle) est d’une précision et d’un verrouillage à toutes épreuves, le levier court aide énormément en conduite sportive pour passer les rapports en un éclair, le top quoi ! Le châssis est aiguisé tel une lame de katana de samouraï, précis et rigide il met en confiance rapidement, le train avant donne l’impression de ne pas sentir les 320 chevaux et d’être en promenade de santé, ça en est vraiment déroutant. Merci au différentiel qui gère tout cela d’une main de maitre. Quasiment aucun retour de couple ne vient ternir la direction, la puissance passe tout le temps au sol même en sortie d’épingle serrée en deuxième avec l’ESP désactivé. Sur les gros freinages tardifs on arrive à placer la voiture où l’on veut avec un transfert de masse car le train arrière gigote juste ce qu’il faut. Les freins, parlons-en, ils sont à l’image du moteur c’est-à-dire d’une endurance exemplaire et sans faille. Ils n’ont absolument jamais montré de signe d’épuisement malgré une sollicitation des fois extrême, encore un bon point. En mode +R la direction se durcit ce qui la rend plus précise, l’accélérateur est plus sensible et les suspensions pilotées se durcissent également et de ce fait la voiture ne prend quasiment aucun roulis, de quoi être prêt pour affronter les virages.

Niveau tarif, en version de base elle commence à 37 000€ pour finir à plus de 46 000€ en toutes options, les prix indiqués n’inclus pas les frais de carte grise (20cv fiscaux) et de notre superbe écotaxe qui s’élève à 7890€ pour cette voiture avec ses 176g de CO2 par kilomètre, merci la France…

En conclusion, je serais personnellement toujours plus propulsion que traction car pratiquant le drift c’est indispensable et je préfère les réactions des “prop” mais cette voiture a été pour moi une vraie révélation et m’a réconcilié avec les tractions puissantes. Elle est pratique avec ses 4 vraies places et son coffre énorme, mais elle peut être aussi très très vilaine. Habitable et confortable quand il le faut, puissante, sportive et très efficace quand on lui demande, que demander de mieux ! Donc si vous hésitiez encore, je ne vous dirais qu’une chose : FONCEZ.

Facebook Comments

À propos William Barbet

%d blogueurs aiment cette page :