Jeep Renegade : le baroudeur américain !

Hi guys ! Today on Wheels And Driver we’re going to talk about the new Jeep Renegade ! Bon ok, je m’enflamme un peu mais après avoir essayé le nouveau SUV de Jeep je me prends pour un américain !

Samedi 21 mai, 8h du mat’ le réveil sonne, pas facile mais ce matin je suis censé essayer une TT S. Le soleil cogne déjà fort, je me mets en route direction Audi Limonest pour l’essai de l’allemande. Enfin ça c’est ce qui était prévu.. Une fois arrivé sur place, on m’indique que la voiture n’est pas disponible et qu’ils n’ont rien de noté au planning… Merci au revoir, le vendeur n’essayera même pas de m’arranger en me prêtant une autre voiture histoire de ne pas me laisser en plan et d’être venu pour rien. Très bien c’est noté, Audi Limonest ne verra plus aucun de nous trois de sitôt.

Mais bon, dans le mal il faut voir le bien. J’étais venu accompagné de deux Driver, Rémi et William tout autant dégoûté que moi par ce coup bas. Mais voyez-vous chez Wheels&Driver on a des fans en or. Ni une, ni deux William passe un coup de fil et réussit à savoir qu’un essai chez Motor Village à Vaise peut être envisageable. Arrivé sur place on est reçu avec un grand sourire, des gens aimables (Audi L. si vous nous lisez..) qui comprennent ma déception. Madame HARDY, la conseillère des ventes pour Jeep, me propose un Jeep Renegade à essayer. Génial on a jamais eu de Jeep et encore moins de baroudeur en essai, c’est parti !

Un peu de culture sur “Djip”

Actuellement, Jeep est le premier constructeur mondial de SUV 4×4. Rien qu’aux États-Unis il s’est vendu 180 000 Wrangler cette année et avec l’arrivée du Renegade les ventes de l’américain ont augmenté de +30%. Et ça n’est pas prêt de s’arrêter avec l’arrivée du nouveau Compass ! Pour l’anecdote le Renegade est le premier petit SUV de la marque fabriqué en dehors du territoire américain, il est fabriqué aux côtés de la Fiat 500X avec qui il partage la même plateforme sur les chaînes de production de l’usine de Melfi en Italie. Pour finir, le Renegade a été couronné « 4×4 de l’année » par nos confrères de 4×4 Magazine en 2015.

Au premier coup d’oeil le Renegade se fait remarquer, il trône fièrement sur le parking en Omaha Orange avec des étoiles style US Army sur les portières avants. Sa forme cubique le distingue des autres modèles de la gamme plus arrondis. Pire il se distingue de la concurrence avec le combo couleur flashy et forme innatendue !

Le poste de commandement du Jeep Renegade

La position de conduite est haute, la visibilité périphérique plutôt bonne, pas de doute on est bien installé aux commandes d’un véritable 4×4. Les compteurs sont plutôt sympas, les informations lisibles par contre j’ai eu un peu de mal au début avec les différents menus, bon d’un autre côté j’étais pas là pour comprendre tous les boutons du Renegade, j’en conviens. Le volant regorge de boutons pour nous aider à ne pas quitter la route des yeux et pour la toute première fois j’ai découvert des boutons derrière le volant, alors non c’est pas pour déclencher la nitro discretos mais pour gérer le volume (côté droit) et les sources audios sur le côté gauche. Quand on y pense c’est génial puisque ça laisse de la place pour avoir des boutons plus gros sur la face avant du volant. Malin l’américain ! Les sièges sont agréables, la direction précise et facile à manier et les suspensions absorbent quasi tous les défauts de la route. Ça deviendrait presque confortable de prendre des dos d’ânes !

Grand Cherokee à Renegade, vous nous recevez 5/5 ?

Côté multimédia, l’appareillage par BlueTooth avec notre téléphone s’est fait rapidement et facilement. Le son ne casse pas la baraque mais fait l’affaire, pas de GPS intégré sur cette version mais une boussole est intégré au système multimédia. L’écran tactile réagit bien au toucher mais est un peu petit comparé à ce qui se fait aujourd’hui, mon co-pilote a trouvé ses repères tout de suite pour mettre de la musique à partir de son téléphone donc on doit s’y faire assez rapidement ! Avec les 30°C de ce samedi, la climatisation bi-zone automatique était la bienvenue.

Capitaine Renegade au rapport !

Pour ce qui est de la conduite en ville, on n’a pas trop testé puisque c’était un essai réalisé sur le pouce et puis la vocation de l’américain n’est pas forcément de faire uniquement de la ville, avec sa bouille il n’attend qu’une chose, c’est de pouvoir s’évader hors des sentiers battus ! Pas besoin de tergiverser longtemps, j’ai l’endroit qu’il nous faut dans l’ouest lyonnais pour voir ce que le Renegade vaut dans son terrain de jeu préféré. Notre américain est en 2 roues motrices (dispo en 4×4 dans d’autres finitions) mais il n’a pas démérité du peu qu’on l’a essayé. Grâce à une garde au sol supérieure à la moyenne (jusqu’à 210 mm), il a pu traverser une petite rivière, gambader sur un chemin en sable, faire demi-tour au milieu d’un champ, bref il se débrouille comme un grand, ça se ressent dans le volant le Renegade est content d’être loin du goudron et il vous le fait savoir !

Concurrent des Renault Captur, Peugeot 2008 et autres Nissan Juke sur le segment des SUV urbains, le Jeep Renegade effectue un bon début de carrière depuis son lancement à l’automne 2014. Pas étonnant quand on voit qu’il est multitâche ! Je ne pense pas trop me tromper en disant que les français ou le japonais ne seraient pas aussi à l’aise que l’américain dans une situation pareille.

Ses aptitudes sont une chose mais quid du prix ?
Notre modèle d’essai était un 1.6 MultiJet avec le Start&Stop, 120cv sous le capot, boîte manuelle à 6 rapports en finition LONGITUDE. Il est affiché à 23 600€ et profite d’un bonus/malus de 0€, ce qui le situe correctement niveau tarif pour le segment des SUV urbains.

Un immense merci à Madame HARDY, Ludovic et aux autres personnes de Motor Village Vaise qui nous ont prêté ce Jeep Renegade !

Merci également à William et Rémi pour leur assistance durant cette prise en main.

Enfin la vidéo réalisé par Hélian Galet du Jeep Renegade !

Facebook Comments

À propos Quentin TISSIER

La photo j’aime ça. Les voitures j’aime ça. Du coup, ça me paraissait logique de combiner mes deux passions. Et puis pour bosser avec les déjantés de Wheels And Driver je ne me suis pas fait prier !
%d blogueurs aiment cette page :