Jules Bianchi, la fin d’un homme, la naissance d’une étoile.

Des nombreuses croyances venant de divers peuples indigènes voit la mort comme un nouveau début, le corps et l’âme ne font plus un. Doucement son esprit rejoint les étoiles aux cotés de ces confrères, parti en partageant la même passion, James Hunt, Gilles Villeneuve ou Ayrton Senna et 31 autres pilotes ayant connu le même triste sort

Alors qu’en début de semaine, le père de Jules Bianchi confiait au journaliste que son manque d’optimisme à propos de son fils dans le coma depuis son terrible accident le 5 octobre 2014. Ce dernier vient de s’éteindre ce 17 juillet 2015 des suites de ses blessures.

Un héritage maudit ?

Si son père, Philippe Bianchi n’a jamais prix le volant en compétition, son grand père, Mauro Bianchi et son grand oncle, Lucien Bianchi l’ont fait.
Tout les grands passionnés d’auto connaissent Lucien Bianchi, pilote aguerri et de renom du monde automobile, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1968 et remportant de nombreuses course en F1. Perdant la vie lors d’essai préliminaire pour les 24 Heures de 1969.
Mauro Bianchi n’a heureusement pas subit le même supplice, mais l’accident de son frère le poussa dans sa décision d’arrêter sa carrière, il devint par la suite pilote d’essai chez Venturi et créateur de la suspension contractive.

Un peu de sa vie automobile

Né le 3 aout 1989 à Nice et issu d’une famille vivant pour l’automobile Jules est vite tomber dans la passion familiale. Il fit ces début en karting, aider par la propriété d’une piste de karting tenu par son père.
C’est à 15 ans que sa carrière démarre, il termine second au championnat de France de karting.
En 2006, pendant le championnat du monde dont il terminera troisième, ses performances sont remarqués par Nicolas Todt (fils de jean Todt) qui lui ouvrira les portes de la monoplace.
En 2007, Jules démarre sa carrière en championnat de France de Formule Renault, véritable exploit Jules termine premier du championnat, montant sur 11 podiums et remportant 5 premiere position sur 13 courses au total. L’année suivante, il s’engage en Formule 3 Euro Series dont ces prestations sont tout à fait correct pour un petit nouveau dans ce monde.
Puis en 2009, Jules survole complètement le championnat F3 s’offrant 9 victoires et 11 podiums ! Il est temps pour lui de passé au niveau suivant, le GP2 lui ouvre ses portes et Jules accuse d’une saison encore une fois plus que respectable, réalisant 4 podiums, acquiesciant du titre de Meilleur débutant, et terminant sur la troisième marche du podium. Mais c’est également en 2009 que l’aventure F1 commence, il fit des essais avec l’écurie Scuderia Ferrari qui, sans douter de son talent, l’engage comme pilote d’essai.
Ainsi en 2013 il devient titulaire chez Marussia F1 team et commence sa saison en formule 1. Les préstations et les performances s’enchaînaient malgré la faible popularité de l’écurie. Jusqu’au grand prix du japon à Suzaka…

 

Guillaume et moi-même souhaitont nos sincères condoléances à la famille ainsi qu’aux proches de Jules Bianchi !

#Forza Jules

Credits photos : Europe1,melty,Purepeople,allociné

Facebook Comments

À propos Chef

Bercé au rythme des rallyes ma destinée était tracée alors en grandissant j'ai continué à faire vivre ma passion allant des 1/43 jusqu'aux réelles aujourd'hui. Alors je garde ma passion comme passion en faisant profiter le maximum de personne pour un amour automobile collectif et partager. Ma première voiture ?! Une Super 5 Baccara, ça dépote !
%d blogueurs aiment cette page :