Mercedes Classe S, wheels and driver, L350

Classe S 350L Exécutive, le vaisseau amiral de Mercedes

Aujourd’hui Wheels&Driver s’embourgeoise et vous fait découvrir le monde du grand luxe avec l’essai de la dernière version de la Mercedes Classe S en châssis limousine… Excusez du peu et montez à bord de ce palace sur roues.

Commençons par un peu d’histoire, la version actuelle (W222) est la 11ème génération de classe S qui à vu le jour en 1951. Son nom “classe S” est l’abréviation de « Sonderklasse » ce qui signifie classe spéciale en allemand. C’est depuis toutes ces années la plus grosse berline de la marque ainsi qu’une vitrine technologique pour le monde automobile, car ne l’oublions pas elle a été la première voiture de série à proposer ABS, airbag et ESP. Elle est disponible en 2 châssis, normal ou limousine (+13 cm) et une version encore plus longue (+20 cm que la limousine) et plus luxueuse appelée MAYBACH, qui était un carrossier à part entière mais qui a été racheté par Mercedes en 2013.
Voilà pour l’histoire de la voiture, qui reste selon beaucoup de nos confrères journalistes automobile, la meilleure berline du monde même si la concurrence est très proche avec les BMW série 7 et Audi A8, elles aussi disponibles en châssis limousine. La Mercedes Classe S conserve souvent une longueur d’avance surtout en matière de confort ainsi que de sécurité active et passive.

LA VERSION ESSAYÉE :

Il s’agit de la Mercedes Classe S 350 L Executive, comme vous l’aurez compris on parle de la version limousine équipée du V6 Turbo diesel de 258ch développant 620Nm de couple, il faut bien tout ça pour bouger les quasi 2 tonnes de la belle. Vous noterez toutefois qu’elle abat  le 0 à 100 km/h en 6,8 secondes. Sachant que ce moteur est le deuxième de la gamme, seul la 300h (Hybride) a un moteur moins puissant de 204ch combiné à un moteur électrique de 27ch. Niveau mécanique vous pouvez vous laisser aller à toutes les folies avec le V12 de 630ch et environ 1000Nm de couple de la version S65 AMG… La Mercedes Classe S est également disponible avec le V6 essence Hybride (S 400h) et V8 essence (S 500) de respectivement 306 et 455ch.

SUR LA ROUTE

La position de conduite est parfaite car une multitude de réglages des sièges vous permet d’être confortablement installé, donc pas d’excuse pour le mal de dos. Malgré le poids de l’auto, le V6 diesel répond bien grâce au turbo et au couple du moteur, la consommation  relevée pendant l’essai reste raisonnable avec 8L/100KM en ville et 6,5L/100km en roulage mixte. La boite de vitesse 7G-Tronic à double embrayage y est aussi pour quelque chose avec un étagement très bon et une douceur de fonctionnement parfaite, d’ailleurs cette boîte de vitesse a été remplacée par la 9G-Tronic depuis mi 2016.

Toutes les versions et tous les châssis sont disponible avec les systèmes 4matic qui est la transmission intégrale de la marque.

Au démarrage, le V6 diesel de la Mercedes Classe S surprend par son silence, pratiquement imperceptible à l’intérieur de l’auto et l’absence totale de vibrations. Sur la route la voiture est d’un confort juste exceptionnel grâce aux suspensions Airmatic (suspensions pneumatiques) qui vous donnent l’impression d’être sur un tapis volant. Elles restent quand même plus typées conforts que grosse arsouille avec les collègues, néanmoins un mode sport rabaisse légèrement la voiture et rend ces dernières plus fermes, idéal pour une conduite plus dynamique. La direction est légère et précise, la voiture se place bien malgré ses 5 mètres 25, la boîte de vitesse enchaîne les 7 rapports avec une douceur absolue et sans aucun à-coup. Elle aussi dispose d’un mode sport qui fait monter les rapports un peu plus haut dans les tours ainsi qu’un mode manuel qui sera géré avec les palettes au volant. En ville malgré les mensurations de la Mercedes Classe S, cette dernière vous fait vite oublier sa taille par une facilité de conduite ainsi que de nombreux radars et autres caméras pour vous aidez. Seul petit bémol constaté, si vous voulez la garer dans un box de garage de taille standard (2,5m x 5m) vous ne pourrez pas fermer celui-ci car la voiture dépasse… Problème de riche me direz-vous !

Niveaux discrétion c’est raté, la Mercedes Classe S a une sacrée prestance et une tendance à attirer les regards, surtout avec sa robe noir métallisée toute propre et brillante comme un miroir. De nuit l’éclairage est fantastique, avec le système ILS (en option évidemment) pour Intelligent Light System, projecteurs à technologie LED avec répartition variable de l’éclairage, éclairage actif dans les virages, correcteur dynamique de portée et assistant feux de route… Cette voiture est vraiment une lumière ! Beaucoup d’autres options de sécurité passive et active sont disponible mais la liste serait trop longue, donc voilà une vidéo montrant un échantillon.

Malgré toutes ces aides et assistances à la conduite le plaisir reste entier au volant de la Mercedes Classe S, d’autant que la majorité de celles-ci peuvent être désactivées.

AMBIANCE INTÉRIEURE

A l’intérieur règne un silence de cathédrale en roulant grâce à l’insonorisation sauf quand vous allumez le système audio Burmester 5.1 à 13 haut-parleurs dégageant 590 Watts (en option à 1400€) dans l’habitacle, de quoi vous hérisser les cheveux sur la tête de part sa puissance et ses prestations audio.


La qualité des matériaux utilisé dans l’habitacle est juste irréprochable ainsi que la finition et l’assemblage, normal vu le prix de l’auto mais nous y reviendrons plus tard… Ne gâchons pas le plaisir tout de suite. Les compteurs et l’écran du GPS/ordinateur de bord sont composés de deux écrans de 12,3″ chacun (31,2cm).

Un rétro-éclairage qui fait le tour de l’habitacle de 7 couleurs au choix est disponible pour l’ambiance nocturne, du plus bel effet la nuit.

Pour régler tous ces détails dans les menus, 2 possibilités, une roulette ou le PAD tactile très précis. Pour entrer des adresses dans le GPS ou changer la radio et les menus de l’écran le système Linguatronic (système d’aide vocale) est aussi là pour vous aider sans lâcher les mains du volant.

Maintenant passons à la place d’honneur de cette voiture, l’arrière droit. Et oui c’est ici que ce « salon » roulant s’apprécie le plus. Effectivement elle s’adresse majoritairement à une clientèle d’hommes d’affaires ou de stars qui se feront conduire par un chauffeur, surtout avec le modèle essayé qui est en châssis limousine pour rappel. Le siège avant droit avancé au maximum, vous pouvez régler entièrement les sièges arrière à votre guise, les chauffer (massant, réfrigérant et dynamique en option) et vous voilà installé comme dans un jet privé avec les jambes parfaitement étendues. Le soleil vous dérange ? Pas de souci il n’y a qu’à fermer les stores électriques des vitres latérales arrière et de la lunette arrière (option à 1200€) ainsi que ceux du toit complet en verre (option à 1750€). Pour tout vous dire, même les tapis de sol sont de la même épaisseur que le tapis du salon de ma grand-mère… du grand art !

Tout comme les options de sécurité nous n’avons pas parlé de toutes les options intérieures car la liste est longue comme un jour sans pain.

LE PRIX DE L’EXCELLENCE

Bon, maintenant parlons de chose qui fâche, c’est à dire le prix. Le modèle essayé est affiché à 123 000€ en finition limousine Executive avec quelques options en plus. Toutefois les prix débutent à 90 000€ pour «l’entrée» de gamme en châssis court et jusqu’à plus de 220 000€ pour la Maybach et ces prix sont sans options sachant que dans le luxe tout se fait à la carte, le catalogue d’options fait plus de 50 pages pour infos… Intéressé ? Il ne vous reste plus qu’à prendre rendez-vous chez votre banquier et le convaincre !

Merci à la société Lyon Chauffeur Services pour le prêt du véhicule et sa sympathie.

https://www.lyonchauffeurservices.com  et rejoignez-le sur Facebook : Lyon Chauffeur Services

Facebook Comments

À propos William Barbet

%d blogueurs aiment cette page :