MOTORSPORT, LE COTÉ SPORT DE LA MARQUE À L’HÉLICE

Aujourd’hui nous poursuivons notre balade du coté des préparateurs par BMW Motorsport, le département sport de BMW.

Petit cours d’histoire avec la signification du logo M. Et oui, on sait tous que le logo BMW fait référencent à des hélices de moteur d’avion, avec les couleurs de la Bavière, le bleu et le blanc. Par contre, qu’en est-il du logo M, ces 3 bandeaux bleu, pourpre et rouge, à quoi sont-ils dûs ? Il faudra remonter à plusieurs décennies…L’histoire est en fait très simple : le rouge représente Texaco, le fameux distributeur d’essence américain, qui était partenaire de BMW durant les premières années de M en course automobile. Le bleu reprend la couleur de la Bavière (facile). Quant au pourpre (bleu foncé), il est né du mélange des 2 dernières couleurs, représentant le partenariat entre BMW et Texaco. La petite anecdote est que BMW a dû racheter le « rouge » à Texaco à la fin de leur relation, afin de le garder.

BMW M (Motorsport) est une entreprise allemande fondée en 1972, actuellement dirigée par Franciscus van Meel. Société filiale du groupe BMW, elle est spécialisée dans la conception et la fabrication d’automobiles dédiées au Grand Tourisme et à la compétition, à partir de modèles commercialisés par sa société mère. En 2012, elle se démarque de ses concurrents, Mercedes-AMG et Audi Sport (anciennement Quattro), en proposant une voiture roulant au gazole : la BMW M550d. Dès sa fondation, BMW commercialise des véhicules à caractère sportif avec les modèles 328 dans les années 1930, 507 dans les années 1950 ou 1800 Ti dans les années 1960 qui rencontrent tous un grand succès. Au début des années 1970, la compétition automobile et les voitures de sport connaissent un tel engouement que le constructeur doit créer une société spécialisée dans le domaine. BMW Motorsport est donc fondée le à Munich. L’entreprise qui ne compte alors qu’une quarantaine d’employés travaille sur des projets qui aboutissent l’année suivante. Dès 1973, le succès est au rendez-vous avec une victoire au championnat de Formule 2 et au championnat de voitures de tourisme qu’elle remportera consécutivement de 1973 à 1979. Le succès public est tel que BMW Motorsport entreprend la fabrication de modèles de série. C’est ainsi qu’en 1978 la M1 voit le jour, devant être produite à plus de 400 exemplaires pour être homologuée par la FIA.

BMW M1

Le moteur de cette voiture était un six-cylindres en ligne de 3,5 litres et quatre soupapes par cylindre. Grâce à ce moteur de 272 chevaux, la M1, dont le signe M est resté utilisé jusqu’à nos jours pour désigner les voitures de la marque, passait de 0 à 100 km/h en 5,6 secondes et pouvait atteindre les 262 km/h. Mais cette voiture plutôt conçue pour le circuit que pour la route ne pouvait pas servir raisonnablement pour une utilisation quotidienne, c’est pour cela que l’approche de BMW Motorsport concernant les voitures destinées à la vente changea un peu en 1979 avec la sortie de la M535i E12, premier modèle dérivé d’une BMW de tourisme. La production des modèles M qui, jusqu’en 1980, n’étaient fabriqués qu’en petites séries, fut alors portée à 895 exemplaires pour répondre à la demande. Vint le tour de la M635CSi (parfois appelée à tort M6) qui fut produite de 1982 à 1989. Elle associait confort et de sportivité et reprenait le moteur de la fameuse M1.

BMW M635CSI

En 1986 sort la première génération de M3 : la M3 E30, munie d’un quatre-cylindres de 2,3 litres développant 200 chevaux, ce qui lui permettait de passer de 0 à 100 km/h en 6,7 secondes et d’atteindre 240 km/h. Celle-ci était conçue notamment pour le championnat allemand DTM, Deutsche Tourenwagen-Meisterschaft, et suscita un engouement sans précédent : 18 000 exemplaires furent vendus en seulement quatre ans.

BMW M3 e30

C’est à partir des trois modèles de série 3, série 5 et série 6 que le développement de Motorsport a continué. Actuellement, on compte cinq générations de M5 : la E28, la E34, la E39, la E60/E61 et la F10/F11; cinq générations de M3 : la E30, la E36, la E46, la E90/E92/E93 et F80/F82/F83; trois générations de M6 : la E24, la E63/64 et la F12/13. Les versions “roadsters” : le Z3 M et le Z4 M et les versions SUV : le X5M et X6M. Début avril 2009 ont été présentés le X5M et le X6M, les deux premiers tout-terrain BMW à être modifiés par la division Motorsport pour la production en série.

 

Au fil des ans, BMW M s’est forgé une très bonne réputation grâce à des innovations techniques comme la haute qualité des composants utilisés (toits en fibre de carbone et autres matériaux légers) et la qualité des moteurs utilisés comme le V10 de 507 chevaux utilisé sur les M5 et M6 d’avant dernière génération (E60/E61, E63/E64), remplacé par un V8 4,4 litres de 560 chevaux (F10/F11) et le moteur de 3,2 litres de 343 chevaux utilisé sur la M3 E46 (descendant du S50B32 de la M3 E36 3.2L, 321ch) et encore utilisé sur le Z4M qui ont tous deux remportés au moins une fois l’Engine Awards (six fois pour le 3,2 litres).

En 2012, BMW M innove en présentant la M550D dotée d’une motorisation diesel  : un 6-cylindres en ligne de 3,0 litres suralimenté par trois turbocompresseurs développant ainsi 381 chevaux.

BMW M550d

La société emploie environ 600 personnes dont une grande partie travaille sur les véhicules M qui sont produits dans les mêmes usines que les modèles dont ils sont dérivés à part qu’ils nécessitent un temps de fabrication plus long car le processus de montage des moteurs M se fait en grande partie manuellement et suivi par des tests très poussés. De plus, aujourd’hui quasiment toute la gamme BMW à le droit à son traitement chez le sorcier M.

UNE M PEUX EN CACHER UNE AUTRE

BMW Motorsport propose un kit optionnel qui modifie les BMW de série dans le but de les faire ressembler aux modèles M (Motorsport) sans dépense excessive ; les véhicules ainsi modifiés sont dotés de trains roulants et d’une transmission améliorée, d’appendices aérodynamiques, de sièges sports et d’un volant sport.

BMW serie 5 g30 2017 “pack M”

Le moteur n’est pas modifié en revanche. Les voitures modifiées portent un logo « M » non suivi de la désignation de la gamme (contrairement à « M3 » ou « M5 », qui désignent des modèles Motorsport d’origine).

Facebook Comments

À propos William Barbet

%d blogueurs aiment cette page :