Une Porsche type 64 de 1939 en vente aux enchères !

Un nouveau morceau de l’histoire automobile est bientôt en vente ! C’est à la vente aux enchères de RM Sotheby’s qui a lieu ces jours-ci à Monterey du 15 au 17 août que sera vendue cette magnifique et très rare Porsche Type 64.

C’est dans cet environnement qu’a lieu aussi, durant cette semaine là le concours d’élégance de Pebble Beach, l’un des concours les plus réputé et reconnu (pour ne pas dire LE concours d’élégance aux U.S.A.). C’est le seul véhicule pour lequel la compagnie n’a pas mis d’estimation de prix, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir mis des estimations très élevées sur d’autres modèles. Nous vous recommandons d’aller jeter un œil au catalogue car il y a d’autres véritables pépites dont une Mclaren F1 dans une spécification LM pour un prix estimé entre 21 et 23 millions de dollars (elle fera l’objet d’un article durant le mois d’août), en euro, cette fourchette est entre 18.924.000 € et 20.727.000€. À la rédaction de Wheels and driver, on ne doute pas que le prix de cette Porsche risquent de s’envoler vers des montants stratosphériques et peut être rivaliser avec les records de certaines Ferrari.
Pour revenir sur cette magnifique Porsche Type 64, elle ne manque pas de caractéristiques uniques pour en faire une voiture exceptionnelle. Il s’agit d’une Porsche Type 64, considérée comme la première Porsche de l’histoire et ce modèle est l’unique survivant des 3 voitures construites à l’époque et s’avère être la dernière des trois à avoir été construite. Elles ont été produites dans l’optique de participer à la course Berlin-Rome qui devait avoir lieu en Septembre 1939 et qui a malheureusement été annulé à la suite de l’éclatement de la seconde guerre mondiale. C’est d’ailleurs au cours de cette dernière que les deux précédents modèles ont été perdus. Le premier châssis était conduit par le haut fonctionnaire nazi Bodo Lafferenz qui détruisit la voiture quelques mois plus tard (officiellement en s’étant endormi), tandis que les deux autres étaient conduit par Ferdinand Porsche et son fils surnommé Ferry Porsche (né Ferdinand Anton Ernst). Malheureusement, le second châssis fut découvert par les soldats américains en Autriche qui s’amusèrent avec en la maltraitant (toit découpé pour moins subir la chaleur à l’intérieur de l’habitacle, moteur qui rendit l’âme après avoir été trop maltraité et ils ont ensuite finit le véhicule à coup de grenade en abandonnant les restes).

Heureusement pour nous et pour les passionnés d’automobile, le dernier chassis de la Porsche Type 64 est sauvé et se retrouve ensuite entre les mains du pilote allemand Otto Mathé en 1945. Ferdinand Porsche étant emprisonné en France à ce moment-là, cela permettait d’éviter que ce dernier et unique modèle se retrouve en France (le risque que la France saisisse les biens de Ferdinand Porsche comme compensation en dommage de guerre). Restaurée en 1947 dans les ateliers de Pininfarina, elle fut utilisé en compétition à partir de 1950 par son propriétaire en personne et ne sera cédée qu’après sa mort en 1995 à un collectionneur allemand.

La voiture possède encore son siège d’origine utilisé donc par Ferdinand Porsche à l’époque et possède l’ensemble des éléments clefs utilisé lors de sa construction original. Otto Mathé avait même gardé le moteur d’origine (numéro 38/43) qui fut sauvé et réintégré dans son chassis d’origine (numéro 38/41).


Enfin, pour parler de caractéristiques un peu plus techniques sur ce modèle, il est composé d’une coque en aluminium pour limiter le poids au maximum et permettant d’atteindre les 850 Kgs sur la balance. C’est Hitler qui a demandé à Ferdinand Porsche de réaliser une voiture populaire nommée KDF et c’est pour la promouvoir que le constructeur a l’idée de faire une sportive, celle-ci doit donc s’inspirer des lignes de la KDF et posséder un moteur pouvant y être utilisé aussi. L’avant de la voiture reprend donc les phares et les traits de la VW populaire. Son moteur est un 4 cylindres à plat refroidi par air et qui fait 985 cm³ pour une puissant de 50 chevaux. Sa vitesse de point culminait aux environs de 160 km/h et possédait les freins à tambour de la KDF.

Il s’agit donc bel et bien d’un modèle unique et exceptionnel aujourd’hui qui se trouve dans un état de conservation exceptionnel et qui mérite toute notre attention. Elle n’est pas parfait évidemment, mais au regard de son âge et de son histoire, on peut réellement la qualifier d’exceptionnelle.

Sources pour en savoir plus :

La page sur la voiture chez RM Sotheby’s :

https://rmsothebys.com/en/auctions/mo19/monterey/lots/r0031-1939-porsche-type-64/776606

Page wikipédia sur Otto Mathé (en allemand) :

https://de.wikipedia.org/wiki/Otto_Math%C3%A9

Le site de l’automobile ancienne pour plus de détails :

https://lautomobileancienne.com/porsche-typ-64-1938/

Page du concours d’élégance de Pebble beach :

https://www.pebblebeachconcours.net/

Rédacteur : Bonijoly Bastien

Facebook Comments

À propos Quentin TISSIER

La photo j’aime ça. Les voitures j’aime ça. Du coup, ça me paraissait logique de combiner mes deux passions. Et puis pour bosser avec les déjantés de Wheels And Driver je ne me suis pas fait prier !
%d blogueurs aiment cette page :