Renault 5: la sorcière qui vous veut du bien. (partie 1)

Commercialisée en 1972, Renault révolutionne l’automobile avec une petite citadine nommée la 5. 

Présentée le 28 janvier 1972, la sympathique auto de la régie nationale surprend sur plusieurs points, par son style avant-gardiste et par certaines innovations, dans une société en pleine mutation, elle va connaître un succès sans précédent au même titre que la 2CV. Commençons par la genèse de la voiture.

Le projet 122, c’est son petit nom chez Renault, né de l’intuition du patron de la marque Pierre Dreyfus. Revenons à la fin des années 60, plus exactement en 1967, le marché automobile est segmenté en trois catégories : petites, moyennes et grosses berlines (on ne parle pas encore de SUV et monospace à cette époque). Renault part du constat que toutes les voitures sont fiables et performantes, mais que l’élégance et le confort sont les points forts des gros modèles. En 1968, Mr. Dreyfus imagine un nouveau concept de petite voiture, elle se doit d’être l’alliance du meilleur de la marque pratique et solide comme une R4 et aussi élégante et confortable qu’une R16 (lire Renault 16). Le projet 122, était donc lancé !

Aussitôt, les grandes lignes posées, le design de la voiture est rapidement gelé, le style de la voiture sera défini avec un capot court, deux larges portes latérales avec poignées de portes dissimuler, un grand hayon arrière descendant jusqu’au pare-chocs, des pare-chocs en plastique de type polyester, un grand vitrage et des lignes plutôt arrondies. Sans oublier le côté pratique de la voiture, son confort, sa tenue de route et par sa taille passe-partout en ville. En 1981, la Renault 5 3 portes reçoit le renfort d’une version 5 portes.

On doit le dessin de la voiture à Michel Boué, qui l’a réalisé en 1968. La Renault 5, c’est un design simple et moderne. Des petits feux carrés, rondouillarde dans ses formes, des pare-chocs en polyester léger et solide, dans un apparat vintage à la sauce seventies ! La petite Renault est vite rentrée dans le coeur de nombreux français gardant en mémoire la sympathie se dégageant de la petite citadine capable de rallier un Paris-Marseille sans encombre (!). La petite française aura le droit à de nombreuses séries spéciales comme la Montecarlo (première série spéciale rarissime), au fil du temps, elle aura droit à d’autres séries spéciales comme les Campus, Super Campus, Turbo, Turbo 2, Coach (toute aussi rare) et évidemment la série finale Lauréate. Au titre des versions aussi rare que certaines Ferrari notons les versions, Montecarlo (je me répète), cabriolet, Turbo 1 et 2 et la Lauréate Turbo (remplaçante de la R5 alpine). En Espagne, Renault réalisera le dérivé Siete ou R7, une R5 à malle arrière.

Les versions qui feront rentrer la 5 dans la catégorie mythe automobile, sont les versions Alpine et Turbo, les chiffres de ventes parlent d’eux même la petite 5 s’est écoulée à plus de 5 000 000 d’exemplaires. Aujourd’hui, il est aisé de trouver en occasions pour une misère les versions standards de la 5 (T, TL, TS, L, LS, TX, GTL…) les versions sportives comme les Alpine et les turbo se sont envolé, on trouve pour environ 5000€ une Alpine à restaurer et le double pour une restaurée, les Turbo quant à elles atteignent des sommets.

La petite Renault disparaît en 1985 après onze ans de commercialisation, si elle a trusté la première place des ventes pendant plus de 8 ans, en 1983, l’arrivé de la Peugeot 205 va mettre à mal la petite Renault et elle prendra sa retraite à l’été 1985 avec l’apparition de la Super 5 dessiné par Marcello Gandini. Comme il y a quelques semaines où je vous parlais de la Citroen LN/LNA (lire Citroen LN/LNA), la plupart des Renault 5 sont accessibles et permettent de devenir des petites daily économique et super sympa à conduire, simple d’entretiens et peu chère à l’achat, elles peuvent devenir des premières acquisitions pour ceux qui veulent se mettre à la collection.

Voilà pour ce petit point histoire sur la Renault 5, une voiture attachante, qui rappellera pleins de souvenirs à beaucoup d’entre nous et je vous proposerais prochainement l’essai de ma Renault 5 pour finir de vous convaincre ! Un seul détail à surveillé sur ces divas, la rouille ! Comme Patrice Vergès en parlait il y a quelques années la Renault 5… Rouille pour vous !

11-copie-803x1024

Sources:

Renault5.net
StubsAuto
L
‘histoire de l’automobile française (livre)
POA (Patrice Vergès)

Facebook Comments

À propos Guillaume Pina

%d blogueurs aiment cette page :