Dodge Charger SRT 392

Si les pépites automobiles roulantes sont rares dans l’hexagone, elles restent néanmoins réelles. Parlons de la Dodge Charger SRT 392 que vous pourriez croiser sur la route un jour.

Les réseaux sociaux sont une véritable mine d’or quand il s’agit de découvrir des informations inédites. Ici c’est un propriétaire d’une voiture pas commune sur le territoire français qui a assouvie ma curiosité. Aujourd’hui on parle Muscle Car moderne, j’ai nommé la Dodge Charger SRT 392 !

La découverte va se faire sous forme de question écrites par mes soins, en avant !

Q1 : Pourquoi cette Dodge en particulier, qu’est-ce qui vous fait craquer ?

Après avoir essayé la Mustang Saleen d’un ami, j’ai tout de suite eu l’envie de « sauter le pas » de l’américaine.
La Mustang n’étant qu’une 4 places elle ne convenait pas pour « transporter » mes 3 enfants. Je me suis donc intéressé aux Dodge Charger et Challenger qui peuvent prendre 5 personnes à leur bord. C’est une Muscle car magnifique et encore plus atypique qu’une Mustang ou une Camaro

Q2 : Comment vous y êtes-vous prit pour acheter la voiture ? // Comment s’est dérouler l’achat de la voiture ? //

Pour ma première Charger il y a 5 ans, je l’avais fait importer des Etats-Unis par un importateur. Cette fois-ci c’est au Canada que j’ai trouvé la voiture qui répondait à tous mes critères. Encore une fois, j’ai préféré confier l’importation et l’homologation à un spécialiste.

Q3 : Combien de temps s’est-il déroulé entre l’achat du véhicule et la mise en circulation sur route française ?

J’ai signé le contrat le lendemain de noël 2015, la voiture est partie du Canada mi-janvier et est arrivée en France au début de Février 2016. J’ai enfin pu la récupérer après l’homologation, début Avril 2016.

Q4 : Comment vous y êtes-vous prit pour l’homologation d’un tel monstre ?

C’est l’intérêt de passer par un professionnel pour toutes ces tracasseries administratives. C’est plus cher mais on a la garantie qu’on puisse finir par pouvoir rouler « en règle ».

Q5 : Quels est le regard des autres personnes que vous croisez ?

La plupart du temps, ce sont des réactions positives. La voiture américaine est toujours associée au rêve américain même dans un pays autophobe comme la France.

Q6 : Les routes françaises sont-elles adaptées à un tel gabarit qu’est la Charger ?

Mis à part nos centres villes où son gabarit de plus de 5 mètres est un peu gênant, la Charger est à l’aise aussi bien sur nos petites routes que sur autoroute.

Q7 : Avoir près de 500 chevaux donne des envies de meurtres en France, arrivez-vous tout de même à en profiter ou est-ce limité ?

Les plaisirs de cette voiture ne se limitent pas à sa puissance. OK, il vaut mieux garder l’affichage de la vitesse au tableau de bord pour éviter de perdre ses points de permis à chaque accélération.
D’un autre coté il n’est pas encore interdit de descendre un ou deux rapports dans les tunnels ni d’accélérer au péage pour passer de 0 à 130 km/h.
Enfin il y a toujours moyen de se faire plaisir sur route fermée voir sur circuit grâce à différents clubs.

Q8 : Vous demande-t-on souvent de faire la course lorsque quelqu’un vous double et souhaite se mesurer au V8 ?

Oui ça arrive de temps en temps mais il vaut mieux éviter de réagir à chaque fois. Surtout face à certains qui veulent « jouer » sur route ouverte en oubliant qu’on n’est pas seuls sur la route.

Q9 : Pourriez-vous me donner une idée de la conso en conduite sportive, soft, sur autoroute et en ville ?

Ah « LA » question sur la consommation. Alors ça va du simple à plus du double entre un « cruise » sur nationale où on consomme sous les 10 l/100 à 25 L/100 en conduite sportive. En ville, et surtout si c’est embouteillé, on dépasse les 15 L/100 mais j’évite au maximum de l’utiliser en ville.

Q10 : Pourriez-vous me parler du comportement de l’auto en général selon les styles de conduites et de la météo ? (Sous-virage/survirage, reprise, boite auto, suspension/amortissement, tendance au roulis, rayon de braquage etc.)

Cette dernière génération de Charger a tout ce qui se fait de mieux au niveau des aides à la conduite.
Certes c’est une propulsion de près de 500 cv et de près de 2 tonnes, il faut donc être soft sur route mouillées.
Sur sec par contre on peut jouer avec tous les modes et régler suspensions, transmission, direction et même les aides électroniques et là ça devient vite très fun. La boite ZF 8 vitesses est impressionnante.
Elle peut être soft en conduite cool ou impressionnante de rapidité en mode race. (passage des rapports en 160 ms soit plus rapide qu’une Nissan GT-R)
A l’inverse, il y a un mode « éco » qui fait démarrer la voiture en seconde et qui privilégie le mode 4 cylindres si on veut se la jouer « discret »

Q11 : Si vous êtes d’accord, pourriez-vous me communiquer le prix final de l’achat du véhicule ?

C’est ce qui fait le plus “mal” quand on importe une voiture. Entre le prix « brut » c’est-à-dire payé au concessionnaire au Canada et le prix « TTC » y compris la carte grise de 37 cv, il faut quasiment multiplier le budget par deux. Heureusement que le $ Canadien était à 1.44 contre 1 € lorsque je me suis lancé.

Pour répondre plus clairement à la question : partant d’un budget de 50.000 $ canadien soit 35.000 € on arrive à une facture finale de près de 70.000€.

Merci au propriétaire d’avoir pris le temps de répondre aux questions. Retrouvez-le avec sa Dodge sur facebook en cliquant ici.

 

À propos Chef

Bercé au rythme des rallyes ma destinée était tracée alors en grandissant j'ai continué à faire vivre ma passion allant des 1/43 jusqu'aux réelles aujourd'hui. Alors je garde ma passion comme passion en faisant profiter le maximum de personne pour un amour automobile collectif et partager. Ma première voiture ?! Une Super 5 Baccara, ça dépote !
%d blogueurs aiment cette page :