Essai : Mazda MX-5, Missile japonais !

Version essayée: Mazda Mx-5 Selection 2.0l – 160 ch.  32 550€ 

Voilà ! Déjà 26 ans que la petite Mazda Miata parcourt nos routes et s’est écoulée à plus d’un million d’exemplaires, à travers le monde. Fort de ce succès, Mazda nous a dévoilé la version ND ou de cinquième génération, l’an dernier. En moins de 25 ans, la petite japonaise est devenue un mythe automobile, ressuscitant au passage les mythiques roadster anglais et devenant un objet culte égalant bon nombre de voitures. En 2016, la petit nippone s’est offertv un vent de fraîcheur, évoluant fortement mais n’oubliant pas les bases de son succès ! Alors elle est comment cette petite Ferrari ?

Par quoi commencer ? Me voilà devant une belle page blanche ! Pourtant je dois saluer le travail des ingénieurs et des designers japonais ! Je vais commencer mon article en vous racontant une anecdote (Youpi…), alors que j’allais récupérer un ami de l’autre côté de Lyon afin de faire quelques vidéos et photos de plus, quelqu’un m’a interpellé sur l’autoroute, pendant les bouchons, me demandant quel était mon véhicule, ” était-ce une Ferrari ?” me demanda t-il ! Quelle surprise ! Sa ligne si atypique et discrète autrefois, a laissé la place à une voiture aux courbes des plus latines et plus sportives, qui au plus près du commun des mortels paraîtrait pour un carrosse du cheval cabré ! Voilà mon anecdote terminé, passons au style :

Esthétique : Effet Waaaahouh garanti !

Esthétiquement oubliez les précédentes MX-5, la nouvelle ferait presque penser qu’elle part d’une feuille blanche ! Pourtant on retrouve tous les traits qui ont signé la ligne de ce roadster ! Des roues campées de chaque côté de la carrosserie, des petits phares, une ligne de caisse basse, des ailes arrière larges, un avant plongeant ou encore un arrière court et haut. Voilà les ingrédients extérieurs et ils sont les mêmes depuis plus de 25 ans ! Ma version 2016 adopte le récent design KODOS apparu sur la berline 6 en 2012 puis sur la compacte 3 (lire : Mazda 3), elle gagne un éclairage LED placé dans des écopes latérales à l’avant de la voiture, des ailes avant désormais bombées et à l’arrière de nouveau feux effilés et terminant vers le centre de la voiture par un cercle du plus bel effet la nuit ! À l’avant les phares Xénon et LED signe un regard fin et acéré permettant de minimisé le design de ces derniers libérant l’espace à l’immense grille de calandre prête à dévorer l’asphalte !

D’un point de vue esthétique, ce petit roadster est une vraie réussite, une préférence se détachant très nettement pour l’arrière et ce petit cul tout britannique rappellent les Jaguar Type-E ! Une atmosphère sportive et élégante se dégage véritablement de cette voiture ! Comment vous dire que j’ai adoré l’extérieur, je crois que vous aviez compris ceci depuis un moment…

À l’intérieur, nous sommes tout de suite frappé par le rappel à la teinte de la carrosserie sur les portières, ce retour donne l’impression que l’extérieur va vers l’intérieur et inversement ! La planche de bord présente bien, moderne et simple à la fois, le tout dominé par l’écran tactile en haut de ce dernier. Le petit volant et le tunnel de passage donne le ton : conforme toi à la voiture ou passe ton chemin ! A l’heure, où nombre de voitures sont développées dès le départ pour s’adapter le plus facilement possible aux usagers, oubliez cette maxime directement à bord de la MX-5 ! C’est à vous de vous adapter à elle, mais dès que l’on s’installe à bord ou que l’on se glisse dans les sièges baquets Recaro recouvert d’un mélange de cuir et d’alcantara, on découvre une planche de bord très bien finie, avec des matériaux de qualité ! Plastique et cuir font bon ménage ainsi qu’une excellente position d’assise (attention au grand gabarit qui auront un peu plus de mal pour trouver de la place !), les commandes de la voiture ont l’avantage d’être facilement accessible pour le conducteur et la visibilité sur le compteur est bonne. Petit bémol pour l’accès à la molette et ses raccourcis qui permettent d’utiliser l’écran lorsque l’on roule, il faudra jouer du coude avec le retour du siège et le porte gobelet ! Puisque je vous parle des points faibles de la voiture à l’intérieur, on remarquera que la boîte à gant a migré du tableau de bord à un emplacement peu habituel puisqu’elle est placée au milieu des deux sièges ! On regrettera, le vieillissement prématuré du cuir du côté des portières il ne résisteront pas longtemps aux frottements répétés, tout comme le plancher du côté du passager dont la surface n’est pas plane !

Pour rester dans le côté kawaii, cette petite délurée marie à merveille les codes du roadster britannique et les codes automobiles nippon original mais tout en sobriété ! La MX-5 reste dans la continuité de ses prédécesseurs mais pimente ses lignes d’un zeste de design latin et d’un espace spartiate mais dotée d’un grand confort d’assise et d’utilisation !

On the ROOOOOOOOAAAD !

Une fois installé à son bord, il ne vous reste qu’à embrayer et mettre le contact. Le moteur démarre et laisse échapper un bruit Rock’n Roll ! Le petit pommeau de vitesse placé sur le tunnel central est très agréable à prendre en main. À la moindre accélération, la petite bombinette décolle dans un brouhaha d’enfer ! À vitesse constante, le vent ne rentre pas dans l’habitacle, mais dès qu’on appuie sur l’accélérateur et ce même à moins de 2000 tours/minutes, la voiture s’emballe devenant un véritable kart sur route ! Les flux d’air sont limités grâce à l’exceptionnel travail des ingénieurs, la voiture reçoit des remous à partir des 110-120 km/h mais la MX-5 se dégûste totalement à faible vitesse pour “cruiser” pénard sur les routes de campagne !

mazda-mx5-wheels-and-driver-9

Le terrain de jeu, de notre japonaise, n’est nul autre qu’une belle route de montagne remplis de beaux virages où la voiture se savoure pleinement en allant chercher les tours se mettant alors en crabe à la moindre pression de l’accélérateur (je vous rappel qu’il s’agit d’une propulsion). En plus du son du moteur envoûtant, les pneus chanteront également au moindre changement de direction ! Sûrement une des plus belles symphonies actuelles. On regrettera légèrement une direction floue mais le train arrière corrige cette imperfection et envoie la voiture là où l’on souhaite. La puissance est là dès que l’on en a besoin !  Un vrai jouet !

En ville, le petit roadster est polyvalent (!) ainsi on ne craint que les jantes et les quelques créneaux : car oui, la Mx-5 possède un radar de recul, mais pas à l’avant où le nez plongeant et l’assise basse du roadster ne nous permet pas d’avoir une grande vision sur son capot et le bas blesse car les japonais n’ont pas doté la belle d’un radar à l’avant, il faudra être légèrement devin pour ne pas froissé la belle ! J’ajouterais qu’avec la capote en place la visibilité arrière est quasi nulle ! Seul une sorte de meurtrière, placée entre les deux sièges permet une petit vision vers l’arrière. Le radar de recul fait des merveilles ! Ainsi capotée et en marche arrière, la voiture prévient rapidement l’arrivé d’un véhicule, on peut alors reculer en toute sécurité sans craindre un accident de parking. Le son rock en ville, fait que l’on remarque notre nippone, on se retourne, on la regarde, certain l’admire tandis que d’autres s’offusque d’une telle auto en ville. Qu’importe, la Mx-5 est une vraie citadine cachée dans le corps d’une sportive !

En terme de technologie, on retrouve une pléiade d’aide à la conduite: régulateur, limiteur de vitesse, anti-franchissement de ligne (dont l’alerte sonore est juste insupportable et qu’on le déconnectera assez rapidement), le système i-stop qui met en veille le moteur au feu rouge, l’anti-patinage, le contrôle de stabilité et les feux automatique et de direction !

mazda-mx5-wheels-and-driver-4

Bilan :

La MX-5 est une voiture incroyable ! Ce petit roadster est performant et polyvalent. Il se montre presque sans limite dans son offre, voiture de tous les jours et voiture du week-end, la petite japonaise offre un éventail large à son utilisateur. La seule limite serait celle que l’on s’impose… Et par celle du coffre ! Malgré un espace restreint, l’intérieur est des plus confortable, la finition de qualité et l’offre technologique est plus qu’intéressante. Le moteur 2.0l SKYACTIV essence de 160 ch est plus que suffisant il est fougueux tout en étant très doux en ville. Attention à la consommation qui peut s’envoler (avec une moyenne de 8,4l au 100) ! La MX-5 est une véritable bombe c’est mon coup de coeur pour cette année ! Je vous recommande vivement ce petit plaisir automobile, devenu trop rare dans notre monde moderne aseptisé ! Bravo Mazda d’avoir oser un tel bolide !

mazda-mx5-wheels-and-driver-2


On a aimé :

  • Le look extérieur
  • Les sensations à son volant
  • Le couple du 2.0l
  • Son confortable
  • La finition intérieur
  • L’ouverture/fermeture de la capote très simple
  • Le prix !

On n’a pas aimé :

  • Le coffre minuscule
  • Le cuir un peu fragile aux pliures des sièges
  • La position de la boite à gant
  • L’intérieur moderne mais terne pour qui un peu plus de couleur ferait du bien !

Merci à Mazda France pour le prêt, photo Quentin Tissier.

À propos Guillaume Pina

%d blogueurs aiment cette page :