Tout ce qu’il faut savoir sur les véhicules hybrides !

Nous passons en ce moment même à une étape clé de la transition énergétique et il est important de poser la question du futur de l’automobile. Fonctionnera-t-elle à l’électrique ? à l’hydrogène ? ou grâce à une autre énergie ? Pour le moment, nous sommes dans l’incertitude.

Ce qui est sûr par contre c’est que, pour mener à bien cette transition énergétique, c’est que la voiture hybride est un passage obligatoire, notamment car elle permet de bénéficier des avantages d’un véhicule électrique concernant l’énergie « propre », et du moteur thermique, pour les longs trajets.

Le fonctionnement d’une voiture hybride

Sur une voiture thermique, le véhicule est entraîné par un moteur fonctionnant au carburant (essence, diesel, biocarburant, etc.). L’avantage est que ce moteur offre de la puissance et souvent une grande autonomie. En revanche, le carburant est de plus en plus onéreux, et un moteur thermique n’est pas idéal pour l’environnement.

Sur une voiture électrique, on privilégie une énergie plus propre concernant ses impacts sur la planète. Ainsi, en plus d’offrir un silence appréciable, le moteur électrique pollue moins qu’un véhicule thermique. L’inconvénient par contre, c’est que, pour le moment, l’autonomie n’est pas encore au rendez-vous. Pour une recharge complète allant d’une à plusieurs heures, on franchit les 400 km, sur la majorité des modèles du marché.

La voiture hybride combine les deux technologies : elle dispose en effet d’un moteur thermique en plus d’un moteur électrique. Ainsi, elle combine également les avantages des deux technologies tout en palliant les inconvénients, ce qui fait d’elle un passage obligatoire dans cette transition écologique, et une marque comme Toyota l’a bien compris en proposant une gamme complète de véhicules hybrides dès la fin des années 90.

Grâce à la combinaison de l’électrique et de la thermique en effet, l’hybride peut être très silencieuse et moins polluante qu’un véhicule thermique, mais peut aussi parcourir de très longs trajets grâce à l’autonomie du moteur thermique.

Mais la voiture hybride est-elle réellement propre ?

La pollution des voitures hybrides

La pollution sur une voiture hybride dépend entièrement de son utilisation.

Le fait est que, pour une utilisation exclusivement urbaine, elle ne sollicite normalement pas le moteur thermique. Les trajets se font presque exclusivement sur le moteur électrique. Inutile de vous préciser que le moteur électrique ne produit aucun gaz polluant pour l’atmosphère.

Sur les plus longs trajets, c’est un peu différent. Le moteur électrique qui est intégré est alimenté par une batterie prévue pour couvrir uniquement entre une vingtaine et une cinquantaine de kilomètres. Une fois que la batterie s’affaiblit, le moteur thermique prend le relais.

Cependant, comparée à un véhicule 100% thermique, la pollution d’une voiture hybride reste moindre. Grâce au soutien du moteur électrique, le moteur thermique des modèles hybrides consomme très peu, et ce, même sur les longs trajets. Et peu de carburant consommé est forcément synonyme de peu de pollution.

Bref, peu importe son usage, une voiture hybride reste largement moins polluante qu’un modèle thermique équivalent. D’ailleurs, sur les courts trajets, quand le véhicule fonctionne en 100% électrique, il ne produit pas du tout de gaz à effet de serre.

Bonus écologique pour l’achat d’un modèle hybride

Si l’achat d’une voiture thermique n’est plus désormais encouragé par l’état français, c’est toujours le cas pour l’achat d’une version hybride. En effet, l’achat d’un véhicule électrique est subventionné par le bonus écologique de l’État. Il est d’ailleurs possible de calculer ce bonus en fonction du modèle à acheter directement sur le site du Service Public France.

C’est un autre avantage de l’achat d’une voiture hybride. En plus d’être plus accessible qu’un modèle 100% électrique ou à hydrogène, l’acquisition est couverte par le bonus écologique en France.

Quid de l’hybride rechargeable ?

Si la voiture hybride existe depuis un certain temps, ces dernières années, on entend de plus en plus parler des hybrides rechargeables. Mais quelle est la différence ? Et surtout, l’hybride rechargeable est-il intéressant ?

Un véhicule hybride rechargeable fonctionne exactement comme un modèle hybride non rechargeable. Comme son prédécesseur, il a deux moteurs, dont un électrique et un thermique. Là où il est différent, c’est justement parce qu’il est possible de le recharger sur une borne de recharge.

L’intérêt de pouvoir recharger la batterie directement sur une prise électrique c’est qu’on n’a pratiquement plus besoin du moteur thermique sur les courts trajets. Il est important de savoir que, sur les voitures hybrides non rechargeables, la batterie se recharge grâce au générateur (alternateur) du moteur thermique, ce qui oblige le propriétaire à démarrer ce dernier de temps en temps.

Ainsi, sur une voiture électrique rechargeable, il est possible de rouler en 100% électrique sur les courts trajets sans solliciter le moteur thermique. Pour une utilisation exclusivement urbaine, un modèle hybride rechargeable est donc totalement propre, ce qui n’est pas forcément le cas sur les hybrides non rechargeables.

À propos Quentin TISSIER

La photo j’aime ça. Les voitures j’aime ça. Du coup, ça me paraissait logique de combiner mes deux passions. Et puis pour bosser avec les déjantés de Wheels And Driver je ne me suis pas fait prier !
%d blogueurs aiment cette page :